Un crayon, une liberté, des morts

Aujourd’hui est un triste jour. Charlie Hebdo a été attaqué.   Ce terrible attentat a laissé tout le monde sans voix. Sans forcément partager les partis pris ni les opinions de ce journal, cet événement apparaît déplorable pour la France, l’Europe et le monde, il nous laisse un goût amer. Certains ont déjà dénoncé leurs méthodes parfois incisives ou d’autres pensent qu’ils vont parfois trop loin dans leurs propos ou se trouvent en décalage avec la société. Peu importe, chacun est libre d’avoir ses opinions tant qu’elles respectent l’intégrité de chaque individu.

Aujourd’hui, ce principe a volé en éclat, 12 personnes ont été sacrifiées. Aujourd’hui, ils ont payé le prix fort de leur engagement. Hier, ils étaient menacés aujourd’hui, ils ont été exécutés par des criminels. Hier ses crimes se passaient loin de la France. Aujourd’hui, il se passe chez nous. Cette attaque meurtrière n’est pas sans rappeler un autre événement. Libération et BFM TV avaient subi le même sort eux aussi le 18 novembre dernier sans pareille gravité fort heureusement. Déjà à l’époque cet événement avait suscité une forte indignation justifiée. Aujourd’hui, ce n’est plus l’indignation mais l’effroi qui nous rend fébrile. Aujourd’hui, c’est la liberté d’expression qui est endeuillée. Ce fondement légitime de notre République a été ébranlé. Aujourd’hui, cette violence sans mesures nous écoeure nous trouble, nous a meurtri. Hier Cabu utilisait son crayon comme arme aujourd’hui, Jean Cabut n’est plus là pour témoigner. Jean Charbonnier alias Charb usait encore hier de la caricature pour dénoncer les travers du monde, aujourd’hui des meurtriers lui ont enlevé ce droit. Wolinski aussi faisait partie de cette fine équipe mais aujourd’hui sa sacro-sainte liberté l’aura perdu à jamais. Leurs dessins resteront dans nos esprits pour l’éternité. Leur crayon bien affuté était leur arme, aujourd’hui des assassins ont pointé leurs armes sur eux pour les transformer en cendres. Les libertés de la presse et d’expression se sont tout simplement envolées en l’espace d’un instant. Pourquoi d’un seul coup notre ciel s’est-il assombri ?

Révoltés, dégoûtés, choqués, outrés, affligés, les mots ont manqué, vous manqueront peut-être pour exprimer votre ressenti, votre colère ou votre angoisse. Cette nouvelle vous a sûrement glacé le sang. Aujourd’hui, ce n’est pas un quotidien qui est endeuillé mais une profession, un pays qui croit en la liberté d’expression. Aujourd’hui ce droit inhérent à l’exercice du métier de journaliste a été saccagé, mis à mal par des terroristes. Aujourd’hui, des familles se trouvent endeuillées par la perte de leurs proches. Quoi qu’ils aient dessiné, caricaturé, ils ne méritaient pas de mourir, pas comme ça, pas en France. Si la France est en guerre, elle l’est contre les extrêmes quelque soient leurs formes. Les extrémistes s’en prennent toujours aux valeurs démocratiques et aux libertés qui font de nos pays, des pays libres et démocratiques. Aujourd’hui, c’est l’identité de la France qui a été touchée.

Jessica Staffe

Publicités