Non merci pour ce moment

Non je ne suis pas snob ! Cet article tend à dire pourtant que je le suis d’une certaine manière !

La rentrée littéraire a été émaillée par une sortie plus que médiatisée. Seuls les ermites ont été épargnées par cette information. Je suis sûre que vous aussi vous l’avez sur le bout de la langue !  Mais pourquoi tout ce battage médiatique. Est ce qu’on peut dire que Valérie Trierweiler fait beaucoup de brut pour rien? On peut toujours demander à Shakespeare mais je ne pense pas qu’il ait une  réponse à nous fournir.

Merci, pour ce moment, bonjour tristesse

Aujourd’hui et depuis sa sortie Merci pour ce moment bat tous les records de vente. Adieu les classiques, bonjour Tristesse. Il y a de quoi perdre ces repères. La tristesse réside en un point. Ce livre qui fait tant parler n’a rien de politique, d’un certain point de vue il peut même paraître politiquement incorrect. Tous les médias s’en sont pourtant emparés et en ont fais leurs choux gras. Les journaux sérieux ont vendus plus d’exemplaires. Tous les journalistes ont eu des mots pour ce livre. Merci pour ce moment a donc égayé les discussions de comptoirs, les bavardages entre collègues autour de la machine à café ou autour d’un verre. Sans avoir voulu en parler, on l’a pourtant fait au moins une minute. Certains s’en sont réjouis d’autres se sont révoltés contre cette infamie ! La fronde est à la mode ces derniers temps ! Il suffit de suivre la vraie actualité politique du moment. Dans les rangs du Parti Socialiste certains taclent le gouvernement et la politique menée par l’exécutif.

 Ni journaliste, ni 1er dame

Pourtant Valérie Trierweller connaît bien les coulisses de la politique. Elle les a côtoyé de près. N’oublions pas qu’avant d’être la compagne de François Hollande et d’être 1ere dame sans l’être, elle a exercé comme journaliste politique. Toute cette réalité apparaît ironique. Merci pour ce moment prend la forme d’une biographie non pas d’un essai politique. La deuxième option lui aurait permis de rester dans l’histoire ou tout du moins d’essayer d’écrire l’histoire. On a l’impression qu’elle a oublié qu’un jour elle a été journaliste. Aujourd’hui, elle n’écrit plus d’articles mais ces confrères en écrivent sur elle. En ce moment certains se gaussent quand d’autres pleurent et se disent que ce livre est un grand gâchis et qu’il n’a aucune valeur journalistique.

Finalement elle qui voulait un statut de première dame, elle finit par se considérer malgré elle comme l’ex compagne de François Hollande. Elle, qui se disait fière, libre et indépendante réagit plutôt comme une femme bafouée. Elle peut l’être. L’écrire dans un livre n’a juste aucun intérêt. Cet acte ne fait que la décrédibiliser. Elle demeure la femme trompée par François Hollande. Finalement, elle n’était peut-être pas si libre ni indépendante que ça Elle savait très bien ce qu’elle faisait. Elle connaît le pouvoir des mots et l’effet qu’ils peuvent avoir.

Laver son linge en public 

Elle a sûrement mal vécue son histoire avec l’homme qui est devenu un Président normal mais l’épancher ainsi n’est pas forcément du meilleur goût qui soit. Si Elle voulait laver son linge sale en public, c’est chose faite. A travers cette biographie, elle règle ses comptes. Elle a le droit de s’exprimer mais encore faut il que ça ait un intérêt. Elle se comporte comme une femme trahie, ce qu’elle est mais réagir quasiment à chaud n’est pas la meilleure solution pour trouver de la crédibilité auprès du public. Certains ont une curiosité malsaine et s’intéressent à tous les ragots qui passent. Ils sont d’ailleurs dignes des pires journaux à scandales. Merci pour ce moment est sorti au mauvais moment. Cette coïncidence troublante n’a échappé à personne. Elle a su jouer avec la culture du secret et du marketing. D’ailleurs les meilleurs publicitaires pour ce livre ont été les journalistes qui n’ont pas cessés de nous ressasser cet événement.

Merci pour ce moment, enfin non !

Merci pour ce moment allait-il changer nos vies ? non.

Nous aiderait-il à mieux cerner les rouages de la politique et le rouleau compresseur que peuvent représenter les institutions ? Une deuxième fois non.

Est-un véritable exercice de style ? non toujours pas.

Se moquerait-elle de nous ? Oui un peu tout de même.

Elle pourra toujours dire qu’elle parle aux femmes et que certaines peuvent se reconnaître dans son témoignage. Qui sait Ségolène Royal ou encore Julie Gayet la comprendront et partageront son désarroi. Quelle Tristitude ! De l’Audace, encore de l’audace et toujours de l’audace, ça oui ! En perdra-t-elle la tête autant que Danton ? Seul l’avenir nous le dira. En tout cas certains ne savent plus où donner de la tête. Des libraires ne veulent pas participer à cette mascarade et on peut les soutenir dans leur démarche. D’autres cours pour l’acheter. Il est en rupture de stock ça se sert plus à rien de se précipiter à la Fnac. Réfléchissez avant d’acheter ! Des millions d’ouvrages, de romans, de biographies revêtent un plus grand intérêt. Eux ont peut-être marqué l’histoire littéraire mais pas elle. Vous aussi vous voulez rejoindre la fronde ! Après les députés socialistes frondeurs, les libraires frondeurs. Il y a comme un vent de révolution qui souffle sur la planète médiatico- politique. En réalité les socialistes ont peut-être acheté des exemplaires en masse ? Sans évoquer de quelconque complot se serait quand même assez amusant que ce soit le cas !

Tout ce barnum médiatique se terminera bientôt. Merci pour le moment ne se vendra plus ou coûtera des broutilles. Onen est pas encore là. Alors d’ci là, retenons notre souffle et concentrons sur des sujets bien plus importants. Entre nous ce n’est pas ce qui manque n’est- ce pas ?

Jessica Staffe

Publicités