Il était une fois Steve Jobs

SteveJobs

« L’innovation, c’est une situation qu’on choisit parce qu’on a une passion brûlante pour quelque chose. » Cette citation résume le destin Hors normes de Steve Jobs et révèle une ambition démesurée et une passion pour l’innovation technologique. Elle l’ a guidée tout au long de sa carrière et a fait de lui ce qu’il est devenu. Au cœur de sa vie, l’Innovation est au centre du film et sert de fil rouge tout le long de ce biopic. L’intrigue se construit autour de cette philosophie de vie.

Sorti mercredi dernier en salles, Jobs était attendu par les mordus d’Apple, les adorateurs de Steve Jobs ou simplement ceux qui lui reconnaissent un talent d’inventeur. Visionnaire et innovateur de génie, il a senti les tendances. Créatif et commercial, il a créé des concepts.  L’ordinateur personnel est né dans son esprit révolutionnaire et survolté. Il a toujours eu un temps d’avance. Opportuniste, il ne recule devant rien. Tout devient possible. Rien ne l’arrête même le coût exorbitant de ses projets pharaoniques.

«Ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. L’un et l’autre savent ce que vous voulez réellement devenir. Le reste est secondaire». Cette citation démontre à la fois  son désir d’entreprendre et prouve qu’il  incarne parfaitement le rêve américain et la mythologie du self made man qui va avec.

Bande originale du film « Jobs »

Cette volonté d’accélérer le temps a joué contre lui. A trop vouloir anticiper les changements, il a manqué parfois de lucidité et de réalisme.  Ce biopic pénètre dans l’univers d’Apple sans en dévoiler les secrets. Certains évènements ne sont pas datés. L’omniprésence et l’omnipotence de Jobs fait oublier tous les autres protagonistes. Sans eux, Apple ne serait pas devenu cette machine hyper puissante. La réussite d’une telle entreprise n’est jamais due qu’à un seul homme. Cette focalisation prouve que ce film a  été réalisé et produit par des individus inspirés par Jobs. Ils n’ont pas su dépasser l’icône. L’insolence du personnage si elle est sûrement vraie, elle apparaît caricaturale dans cette production.Elle se fonde uniquement sur la psychologie de l’homme sans aller en profondeur. Ce film n’apprend rien d’exceptionnel sur la vie du créateur d’Apple. Il met en image tout ce qu’on sait déjà. Des milliers d’interviews, de vidéos et une biographie sont disponibles pour le public souhaitant connaître l’itinéraire d’un jeune prodige. Pour ne pas connaître un peu Steve Jobs, il faut avoir hiberner ses quinze dernières années. Tout citoyen lambda peut s’informer sur sa vie.

Un début enthousiasmant…

Image

Ce biopic joue sur les clichés et sur le côté cool de la Silicon Valley. Tout le début  est intéressant. Les prémices d’Apple sont bien abordées et le  spectateur s’imprègne de ce foisonnement créatif et de cette envie de changer le monde. Toute cette bande d’ingénieux créateurs participe à une aventure sans savoir où elle va les mener. Cette perspective est alléchante et donne envie d’en découvrir toujours plus.  Hormis le personnage de Steve jobs qui est décrit sous toutes coutures, les autres ont été considérés comme des figurants dont l’importance est minorée pendant tout le film. Ils n’existent que pour donner la réplique à Steve Jobs.  Ashton Kutcher incarne bien la nonchalance et l’impétuosité de la jeunesse. Le côté rêveur du personnage devient redondant. L’omniprésence de Jobs étouffe l’épanouissement de ses collègues. Sans être long le film présente des faiblesses. On ne sait pas toujours à l’époque où l’on est. Les concurrents sont souvent cités sans prendre part à l’histoire. L’intrigue émet des hypothèses. Homme controversé, en réalité Steve jobs ne fait pas l’unanimité dans Jobs.  Ce portrait est conventionnel. Il se contente de nourrir la légende de ce visionnaire sans pour autant remettre en question son style de management. S’il est critiqué, il apparaît aussi comme le génie incompris lorsque ses idées sont rejetées où lorsque que le conseil d’administration le met à distance de son entreprise.  Ce temps d’absence n’est pas vraiment expliqué. Il disparaît mais que fait-il pendant ce temps ?

Revanchard, il se voit comme l’homme providentiel, il n’a pas admis que des investisseurs le privent de son bébé.

Le retour gagnant de Jobs avec l’IPod, L’IPhone et l’Ipad est-il  traité comme le coup de maître de ce doux rêveur ? Cette tranche récente est plus que connue mais fait partie intégrante du sursaut d’Apple et renforce la légende de Steve Jobs. Ne pas en parler revient à négliger des moments cruciaux dans la vie de ce trublion surdoué et passionné par l’informatique. La fin justifie-t-elle les moyens ? Garantit-elle l’effet de surprise et de révélation que l’on attend tout au long de ce biopic ?

Il a croqué la pomme…

Apple est comme son enfant. Il l’a vu grandir et connaître les turpitudes de la vie. Les lois du marché ne pardonnent pas. Apple est a son image : ambitieuse et révolutionnaire. Il a imposé sa vision pour révolutionner le monde de l’informatique. L’ordinateur personnel a l’époque n’était pas en vogue. Aujourd’hui, cette idée paraît évidente tout au moins pour les personnes qui en ont les moyens.  Tout comme Bill Gates, il a rendu cet outil incontournable. Il est allé encore plus loin. Avec Macintosh, il comptait envahir le monde et le rendre dépendant de la technologie. Les Macs  sont devenus la continuité de son possesseur. Ils sont  formatés à son  image.

Il a voulu croquer le monde, le façonner et le transformer par la technologie. Il l’a conquis en partie avant d’être à son tour englouti par la machine infernale des affaires. Comme tous les génies, il a vacillé. Dévoré par son égo, il s’est coupé du monde et des valeurs humanistes présentes lors de la fondation d’Apple computers.

A force de vouloir diriger le monde à sa guise, il s’est retrouvé seul. Intransigeant, impulsif et colérique, il a perdu certains de ses collègues et amis présents au moment de l’émergence de la société. Sa pugnacité l’a amené au plus haut quand l’irascibilité l’a rendu invivable et insupportable pour ses proches et ses collaborateurs.

La première interview de Steve Jobs en 1980

Interview de Steve Jobs en 1984 source INA

Interview réalisée en 1994

Steve Jobs un entrepreneur visionnaire`

A elles seules, ces quelques vidéos retracent l’histoire d’Apple. Le choix est exhaustif. La matière pour créer ce biopic n’était pas difficile à trouver. Il fallait juste s’en donner les moyens. Autant Steve jobs n’a jamais manqué d’ambition autant ce film en manque cruellement. 

Quand l’ombre de Steve Jobs plane sur Apple          

steve-jobs-createur-d-apple

Il a réalisé son ambition en sacrifiant sa vie personnelle. Ce colosse inspire le respect autant qu’il suscite la crainte. Froid et distant,  il croit en son destin quitte à paraître arrogant et à brûler les étapes. Il n’hésite pas à se valoriser au détriment des autres voir à se séparer les éléments qui ne répondent pas à ces moindres caprices et désirs. Seuls les forts réussissent et parviennent à se réaliser. Gagnant, il joue. Il gagne mais perd aussi. Souvent incompris, son inventivité est reléguée au second plan. Il sait se rendre indispensable.

Apple sans Steve Jobs, ce n’est plus vraiment Apple. Comme un enfant a besoin d’une mère pour s’accomplir et grandir, Apple a du mal à se passer de son créateur. Quand Steve Jobs n’était plus aux commandes, Apple a perdu de sa superbe. Après avoir été écarté, il est revenu. Son retour a donné une nouvelle impulsion à la société. Aujourd’hui, l’aura de Steve Jobs pèse encore sur Apple. Sans son fondateur cette société peine à se réinventer. Ses successeurs s’imposent sans innover. Les nouveaux produits Apple sont toujours attendus mais suscitent moins l’admiration. Plus qu’un produit Steve Jobs a instauré une  nouvelle philosophie. La communication en est le moteur. La technologie devient le bras armé de la révolution. Cette révolution douce est considérée comme nécessaire. On ne consomme pas seulement Apple mais  on vit également Apple.

Image

A l’instar de Big Brother, Steve jobs a inventé un nouveau langage. Comme « la novlangue » d’Orwell, il a fait de sa marque, un outil de communication. Branchés, cool, tendances, à la pointe de la technologie et du design, ses produits se coulent dans la société de consommation. Ils ont effacé les frontières. Le monde selon Steve Jobs ressemble un peu à une dictature technologique dont on se peut plus se passer.

Steve Jobs et le monde Orwellien

Georges Orwell a écrit 1984 en 1948. Cette contre-utopie annonçait l’avenir du monde. Aujourd’hui, la société dans laquelle nous évoluons ressemble à celle décrite dans 1984. Tout comme Orwell, Steve Jobs est visionnaire. La sortie du premier Macintosh n’est peut-être pas un hasard. Lancée le 28 janvier 1984, il apparaît comme un pied de nez à  Georges Orwell. Petit à petit le monde pensé par l’auteur prend forme.  Révolutionnaires, les Macintoshs n’ont pourtant pas rencontré leur public. C’est le début d’une longue traversée du désert pour Steve Jobs. Apple renoue avec le succès en 1998 avec la sortie du premier Imac.  Steve Jobs a gagné son pari. Il a conquis l’univers des nouvelles technologies, des esprits créatifs et artistiques, il s’est aussi implanté dans les écoles.  Cet aspect est peu traité dans Jobs. L’éducation reste un pilier de la société. Les enfants représentent le monde de demain. S’ils sont familiarisés avec les produits Apple, ils les utiliseront sûrement dans un futur proche.

steve-jobs-presentant-l-ipad-en-2007

Rien n’arrête Apple. Le monde est à sa merci et se nourrit de ces nouveautés. Sans le vouloir, Steve Jobs est un personnage Orwellien. Son cynisme et sa mesquinerie sont ses marques de fabrique. il a instauré sa loi. Tout doucement, il s’est forgé une personnalité. Charismatique, il ne renonce jamais et son aura légendaire est imprégné pour toujours sur Apple. Certains le considèrent comme un Dieu vivant. Sa mort n’a laissé personne indifférent. Des milliers de personnes ont été touchées par sa disparition. Tout comme Michael Jackson, il représente un mythe contemporain.

Ces produits répondent à l’individualisme et parlent à notre égo. Par leur simple possession, l’individu se sent valorisé et existe aux yeux des autres. La publicité est une arme de communication massive. Apple veut être partout. Steve Jobs a participé à sa manière à la généralisation de l’ordinateur personnel et au concept du bien-être technologique.  Il a comblé la perte de repères de la société en suscitant l’espoir. Il a réussi à faire rêver la planète chose que les politiques n’arrivent plus à réaliser. Il a comblé le vide par le trop plein. Utopiste, Steve Jobs a toujours cru au pouvoir des nouvelles technologies sans se soucier de leurs méfaits. L’hyper connectivité et l ‘hyper communication qui en découle ont transformé à jamais les rapports sociaux. Sans en être le seul responsable, Steve Jobs en est l’un des grands penseurs et a construit dans le monde réel le monde imaginé par George Orwell Qui sait peut-être que 1984 était sa Bible ?

Ce biopic est loin d’être abouti. La plupart des évènements sont montrés de manière superficielle. Une idée chasse l’autre. Le personnage de Steve Jobs et l’histoire d’Apple aurait pourtant pu permettre plus de folie. Rien est innovant, tout est attendu. Finalement l’univers d’Apple reste mystérieux on n’apprend rien du  fonctionnement de cette machine infernale. Tous les secrets sont bien gardés. Les batailles commerciales sont simplement évoquées mais ne font jamais l’objet d’un traitement en profondeur. Le délire créatif est évoqué mais jamais décrypté. Dans le film, aucune séquence aborde la genèse des produits phares d’Apple : l’I Mac, le IPhone, Le IPad le IPod, les Mac Book et Mac Pro. Ce biopic ne s’intéresse ni à leur création, ni à la manière dont Steve Jobs et les ingénieurs d’Apple ont fait de ces outils techniques des bijoux technologiques. Rien non plus sur leur lancement ni sur l ‘impact qu’ils ont pu avoir sur le public. A la fin  de ce film le suspense retombe et l’étonnement laisse place à de  la déception.  Cette histoire sans fin nous laisse sur notre faim.

Jessica Staffe

 

Publicités