Mariage homosexuel : un vote historique pour le sujet de la discorde

Le 22 avril est un jour historique, l’Assemblée Nationale a adopté la loi du mariage pour tous. Ce vote permet aux homosexuels d’accéder aux mêmes droits que les hétérosexuels. Ils pourront désormais se marier et adopter.  331 députés ont voté oui, quand 225 ont choisi le non et 10 ont préféré l’abstention. La quasi- totalité des députés socialistes se sont manifestés pour le oui. D’autres comme  Henri Guaino se sont trompés de bouton !

Cette effervescence législative a connu de beaux moments comme des passages où le manque de tolérance était criant. Clivage social et politique, ce thème a bouleversé la société et a dévoilé un fort conservatisme et un défaut d’ouverture d’esprit d’un certain nombre de tenants du non. Des manifestations se sont succédées. Les défenseurs du mariage pour tous ont affronté leurs opposants de la « manif pour tous ». Les uns désiraient que leur amour et leur couple soit reconnu par le mariage sans pour autant changer les contours de la famille. Les autres se sont investis pour montrer que selon eux le modèle classique de la famille nucléaire (un + une maman= enfant épanoui et heureux) était mis en péril.

Un clivage politique et social

maraige homosexuel

Deux projets de société  différents ont révélé les failles de la liberté et de l’égalité à la française. Les arguments homophobes ont fusé de toutes parts. Des groupes d’extrémistes politiques et religieux se sont mêlés à cette discussion afin de prouver que ce projet de loi n’avait aucune raison d’être. Ils se sont sentis menacés alors que les soutiens à cette loi réclamaient l’égalité du droit et la reconnaissance sans jamais priver les hétérosexuels de leurs droits.

Ce débat ne s’est pas fait sans heurt et sans douleur. Ces dernières semaines, les agressions homophobes se sont alors multipliées.

La haine verbale s’est déversée et nous a ramené à nos vieux démons. La France est-elle réellement le pays des droits de l’homme lorsqu’une catégorie de personne est privée de certains droits. Leur amour n’a-t-il pas le même sens que celui que partage les hétérosexuels ?

Les partis de droite avec l’UMP en tête ont défilé en masse pour rappeler leur opposition au texte et montrer que l’obstination de la gauche n’avait pas de sens. Par ce mouvement, ils ont tenu leur rôle d’opposants. Jean François Copé, Henri Guaino, Hervé Mariton se sont illustrés par des propos parfois choquants et en inadéquation avec leur mandat politique. Consciemment ou inconsciemment, ils ont participé au clivage du débat. En ajoutant parfois de l’huile sur le feu, ils  n’ont en aucun cas apaiser les esprits.

Les partisans de la manifs pour tous l’ont vite compris. Sans le vouloir, ils ont été récupérés politiquement. Frigide Barjot, ambassadrice du mouvement se considère pourtant comme un électron libre et apolitique.

Frigide Barjot : porte parole du conservatisme social

A l’Assemblée Nationale, la voix des opposants au mariage gay s’est faite entendre.  Dans l’hémicycle les tensions ont été vives. Des militants anti-mariage ont cherché à déployer une banderole pour prôner le référendum. Cet instant de pagaille s’est vite résorbé. Le Président de l’Assemblée Nationale s’est énervé « Sortez-moi ces excités, les ennemis de la démocratie n’ont rien à faire ici ! ». Les éléments perturbateurs ont été évacués par les services d’ordre de l’assemblée nationale. Cette tension palpable a ému Claude  Bartolone.  Encore une fois les partisans de la manif pour tous ont usé du passage en force pour partager leurs points de vue. Cette réaction discrédite une fois de plus ce mouvement. Sous couvert de morale, certains utilisent la violence pour parvenir à leurs fins. La charité chrétienne n’est sûrement pas passer par eux.

Ce moment solennel demeure historique. La France marche vers un avenir plus tolérant. Rien n’est gagné. Tout reste à faire pour que l’homosexualité soit mieux admise par la société et que les couples homosexuels ne soient plus montrés du doigt. Cette loi est un premier pas vers une plus grande acceptation sociale de ce choix de vie. Les premiers mariage seront célébrés cet été.

Jessica Staffe

Publicités