Médias, Affaire Cahuzac et responsabilité politique

Edwy Plenel, directeur du journal en ligne Médiapart était l’invité de Jean-Jacque Bourdin pour réagir à la sortie de son livre « le droit de savoir » et à l’affaire Cahuzac.

L’affaire Cahuzac représente un séisme politique. La système démocratique français est ébranlé.

D’après Edwy Plenel, le journalisme français est « un journalisme de gouvernement ».Ce problème médiatique met parfois les journalistes en porte à faux. Selon lui le déballement qui a suivi cette affaire est malsaine, elle ne règle pas le problème de fond et révèle un manque d’indépendance de certains médias. L’investigation est la base du journalisme. Pendant plusieurs mois, Médiapart a fait cavalier seul pour dénoncer le compte en suisse et la fraude fiscale de Jérôme Cahuzac. Aujourd’hui tous enquêtent pour comprendre l’ampleur de ce scandale républicain.

Selon Edwy Plenel » Jérôme Cahuzac a menti pour d’autres », aurait-il été protégé par d’autres politiques et soutenu par ses collègues du parti socialiste? Tout reste à voir. Qui savait? Ce scandale s’est construit sur une erreur de communication et de gestion de la parole politique. Pendent tout ce temps, l’ancien ministre délégué chargé du budget s’est accroché à son poste sans aucun remords alors que dans d’autres pays, dans un même cas l’accusé aurait rapidement démissionné. Cette conception du pouvoir est typiquement française. En tant de crise , elle résonne comme une injustice sociale. L’égalité devant la justice est remise en cause. Certains membres de « l’oligarchie française » (Edwy Plenel dans le texte) arrivent à en échapper. Cette réalité prouve que le système démocratique tel qu’on le connaît fonctionne mal et n’est pas à la hauteur des attentes des citoyens.
Les journalistes doivent continuer leur travail d’investigation sans pour autant répandre de rumeurs et annoncer de fausse information comme Libération l’a fait dimanche. Grâce à cet engagement les médias pourront rester un quatrième pouvoir et les journalistes exerceront leur devoir d’information d’une façon professionnelle et citoyenne.

Jessica Staffe

Publicités