Quand le nu est censuré par Facebook

Le réseau social créé par Marc Zuckerberg serait –il puritain ? Le Musée du Jeu de Paume a vu sa page  Facebook censurée pendant 24 heures. La raison de cette action : avoir publié une photo d’une femme dénudée.Elle fait partie de l’exposition consacrée à Laure Albin Guillot . Encore une fois, la société californienne fait parler d’elle. Dans le cas de musée du Jeu de Paume,  ce n’est pas la première fois que ça arrive. Le nu provençal et une autre œuvre de Manuel Alvaro Bravo avaient provoqué le même comportement de la start up de Palo Alto. Pourtant il ne représente qu’une femme à moitié dénudée allongée sur un lit. Le problème n’est pas l’image en elle-même mais ce qu’elle évoque.

Page Facebook du Musée du Jeu de Paume censurée

Image

Le nu artistique : entre art et pornographie

Le nu artistique existe depuis  la nuit des temps. L’art a toujours aimé les corps. Les salles du Louvre et du musée du Prado en regorgent. La peinture art noble par excellence aurait-il un avantage sur la photographie ?

Certaines peintures classiques peuvent faire réagir.  Aujourd’hui, elles sont exposées dans les quatre coins du monde. Quand nous nous trouvons face à ces œuvres, elles ne nous choquent pas forcément. Ce sentiment est dû au décalage avec la période à laquelle l’œuvre a été réalisée. La photo de Laure Albin Guillot a une posture classique autant que les tableaux de Gustave Courbet  ou d’Edouard Manet. L’origine du monde de  Courbet reste  aux yeux de ses détracteurs  une peinture pornographique. Elle est rarement montrée.

Pourquoi Facebook traite-t-il différemment les photos personnelles et les photographies artistiques ?

Des milliers de photos personnelles sont publiées sur Facebook. Elles sont parfois à la limite de la vulgarité. L’allaitement aussi déplait à l’entreprise de Marc Zuckerberg. Cette situation a été censurée par le réseau social. La maternité poserait-elle problème à cette interface sociale ? Cette réalité fait réfléchir. Certains atouts féminins  sont floutés quand  d’autres sont mis en valeur dans des contenus mis en ligne sur  ce même lieu d’interaction sociale. Les standards de la communauté Facebook proposent une hiérarchie des arts.

Le nu en sculpture n’est en rien pornographique, il est jugé artistique. En photographie et en peinture il devient gênant et ne mériterait pas d’être visible. Cette différence n’a pas lieu d’être. Ces standards devraient être transformés afin de rétablir cette inégalité. L’art n’a rien de pornographique. Des clichés le deviennent à travers le regard que l’observateur porte sur lui. C’est le regard qui fait l’œuvre et pas l’inverse. L’art repose aussi sur la subversion et le dépassement des limites. Facebook aurait-il désactivé les photos de l’exposition de Larry Clark ?

Le nu féminin : un problème de société ?

Ce choix de Facebook n’est pas anodin. Il reflète une réalité plus profonde. Le nu féminin dérange. Le corps de la femme est pourtant un objet commercial. La publicité l’utilise pour vendre toutes sortes de produits. Elle occupe les arrêts de bus, les rues et la télévision. Il renvoie à la subversion.  A la fois sensuel et sexuel ,il invite à la fois à l’exotisme et à l’érotisme.  Il provoque parfois le rejet. Il suffit de voir l’attitude et l’accueil  de l’opinion publique et des médias face aux Femen.

Les seins nus arme pour la défense des droits de la femme selon Inna Shevchenko publiée le 7 mars 2013

Dans leur cas, le nu renvoie à l’émancipation des femmes et au combat féministe. Leur posture agace, gêne tout simplement parce qu’elle trahit la liberté des femmes de faire usage comme bon leur semble de leur corps. Cette réalité déplaît surtout aux hommes et à tous ceux qui ne souhaitent pas voir les lignes bouger.

Jessica staffe

Publicités