Happiness therapy : à la recherche d’un bonheur perdu

Image

Pat Soletano a perdu tous ces repères. Sa femme l’a quitté, il n’a plus de toit et s’est fait licencié. Suite à de multiples problèmes, il est envoyé dans un hôpital. A sa sortie, il réapprend à vivre  et à retrouver ses marques sociales auprès de ces parents. Son but premier est de reconquérir son ex- femme dont il se croit éperdument amoureux.  Dans cette quête impossible, il fait la rencontre inattendue de Tiffany.

Ecorchés vifs, ils se rapprochent peu à peu. Ils se rendent mutuellement service et s’apprivoisent.

Pat Soletano et Tiffany : deux personnages rongés par la dépression

Lors de son séjour à l’hôpital, Pat se découvre bipolaire. Il portait les symptômes en lui mais il fallait un élément déclencheur pour que cette maladie s’exprime au grand jour.  C’est l’adultère de sa femme qui va tout précipiter.

Lentement, il va lutter contre cette bipolarité qui empoissonne sa vie et l’empêche d’avoir des relations sociales saines. Ce long chemin vers le mieux être s’accompagne parfois de rechutes et de moments douloureux. Pat se montre déterminé et souhaite s’en sortir. La rencontre avec Tiffany va lui permettre de trouver un nouvel équilibre  et de chercher au plus profond de lui la confiance qui lui manque.

A la mort de son mari, Tiffany tombe dans un grand désespoir et une lente dépression. Pour oublier son malheur, elle multiplie les aventures et  devient quelque part « une croqueuse d’hommes». Cet appétit sexuel va lui jouer des tours. Suites à des mésaventures avec certains de ces collègues, elle perd son emploi.  Désorientée, elle ne sait plus à qui elle peut faire confiance. L’agressivité devient pour elle un système de défense. Elle sur réagit  pour se protéger Passionnée de danse, elle s’y  plonge corps et âme  afin de préparer un concours.

Ces deux âmes solitaires rongées par la dépression se reconnaissent. La danse devient pour eux un moyen de communication. Sans paroles, ils se créent un monde à part. Cette socialisation et ce partage les amènent à mieux se connaître et à contrôler leurs pulsions destructrices.

La danse : une thérapie du bonheur retrouvé

 La danse s’apparente à une thérapie. Pat rend service à Tiffany en participant au concours. Tiffany transmet  des lettres à l’ex femme de Pat pour qu’il puisse la faire changer d’avis. Chacun a une nouvelle mission. Pat va-t-il honorer sa promesse?

A travers la danse, Pat canalise son énergie. Il focalise son attention sur une chose précise et se fixe de nouveaux objectifs. Il respecte ses engagements et s’impose une nouvelle discipline. Entre règles et rébellion, il s’attache à donner le meilleur de lui-même pour ne pas  décevoir Tiffany. Exigeante, elle le pousse à se dépasser et à lutter contre ses démons.  Les corps parlent d’eux-mêmes. Au fil des séances, ils se détendent et arrivent à communiquer plus sereinement. Un jeu de séduction s’installe entre eux. Ils se rapprochent et s’apprécient de plus en plus. Le concours mettra-t-il un terme à la collaboration ou affirmera-t-il l’existence de liens particulièrement étroits ?

Une comédie romantique sur fond de dépression

La dépression est le thème central du film. Certains  l’assument, d’autres la refoulent ou la subissent. Il n’en existe pas une seule  mais  une variété. Elle peut toucher tout à chacun. Elle se révèle à des moments clés de la vie. Cette thématique est généralement traitée dans les drames mais rarement dans les comédies romantiques. Ce choix apparaît d’emblée audacieux. Réaliste, il n’enjolive aucune situation. Happiness therapy propose une approche humoristique voire ironique d’un sujet qui ne prête pas habituellement au rire. Avec détachement, le réalisateur est allé au cœur du problème. Sans aller ni dans l’excès ni dans le graveleux, les personnages ont toutes leurs dimensions humaines. Leurs troubles n’atteignent en rien cette humanité. Cet axe permet de montrer que la bipolarité ou la dépression sont des maladies assez communes qui touchent sûrement plus d’individus que ce qu’on pense. Aux premiers abords, elles ne sont  peut-être pas décelables mais elles empêchent parfois d’atteindre la plénitude et le bonheur. Happiness  therapy n’apporte pas de réponses mais il dédramatise ces sujets. Apaisent, il donne une autre  image du bonheur. Il se cache dans tous les instants de l’existence.

Happiness therapy n’a rien de révolutionnaire. Divertissant, il nous fait passer un bon  moment. Le rire n’est jamais très loin.Comme disait un grand sage,: « on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui ». Ce film nous le prouve.

Jessica Staffe

Publicités