The Master décrypte l’univers des sectes

Image

Freddie, jeune vétéran de la seconde guerre mondiale revient en Californie. Détraqué par les horreurs qu’il a vécues, il devient alcoolique. Dépressif et détruit psychologiquement et moralement, il cherche à donner un nouveau sens à sa vie. Végétatif, il décide de partir clandestinement sur un cargo pour fuir une réalité trop lourde à porter. Il ne le sait pas encore mais ce choix déterminera son avenir.

Une rencontre décisive

Très vite, il rencontre Lancaster Dodd. Sous ses airs de scientifique révolutionnaire, il cache une ambition  secrète. Lentement, il tisse des liens d’amitié avec Freddie.  Lancaster représente la figure paternelle qu’il a perdue. Cette relation n’est pas équilibrée.  Lancaster impose son autorité . Dominé par l’aura de son maître, il agit sans se poser de questions. Il se plie aux ordres.  Lancaster incarne l’image du gourou. Il manipule l’esprit de ses adeptes. La Cause, secte qu’il dirige est au dessus du monde des vivants. Freddie captivé, n’agit plus. Toutes ses réactions disparaissent. Cette emprise le dépasse. Lors d’une expérience en pleine nature, il redécouvre les joies de la liberté. Il part.  Il rentre chez lui. Il souhaite revoir sa petite amie de l’époque. Déçu de l’avoir bel et bien perdue, il se résout à retourner dans la secte. Dans tous les cas la Cause n’abandonne jamais ses adeptes. Elle les traque jusqu’au bout du monde pour les remettre sur le droit chemin.  Lancaster le met à l’épreuve. Il joue le jeu et se soumet aux règles.

Dans l’antre de la Cause 

Ce film analyse clairement les fondements de la Cause. Lancaster humilie tous ses adeptes.  Sans leur dignité, ils s’abandonnent corps et âme à leur maître. L’estime de soi s’efface au profit de la communauté. Ils existent uniquement  à travers le regard de leur gourou. Lancaster se croit au dessus de tous. Ses connaissances scientifiques l’aident aussi à s’emparer des esprits réceptifs au changement. S’appuyant sur l’hypnose et la psychanalyse, il invente de nouvelles techniques  de manipulation psychologique et mentale. Il profite de ce rayonnement pour asseoir son pouvoir. Ces pratiques reposent sur la répétition. Ces cobayes répètent inlassablement les mêmes phrases. Il s’approprie peu à peu leur discours. Il pénètre dans leurs esprits et  transforme le contenu de leurs dires avant qu’ils ne débitent ce qu’il souhaite.  Ce huis clos angoissant instaure un climat de défiance. Ils ne peuvent plus résister. Ils font tout ce que Lancaster désire. Soumis, ils s’apparentent à des esclaves. Freddie n’y échappe pas. Difficilement malléable au départ, il devient le meilleur soldat.

 Lancaster l’archétype du Gourou

A travers ce récit nous rentrons dans les entrailles du mécanisme de n’importe laquelle des sectes. Un homme dont l’aura se rapproche de celle d’un Dieu se proclame Gourou. Souvent scientifique ou prétendant l’être, il utilise son savoir pour mettre en place une propagande.  Jouant sur le chaos d’individus en perdition, il domine ces êtres qu’il ne considère pas.

Le personnage de Lancaster Dodd correspond à cet archétype. Fondateur de la Cause, il en est le maître absolu. Personne ne peut contester la teneur de ses livres. Les contradicteurs ont toujours tort. Ils apparaissent en retard sur leurs temps. Selon lui, le monde extérieur est toxique. Dominateur, manipulateur et paranoiaque, il n’accepte aucun reproche. Confidentielle au départ, la Cause se développe. De conférence en conférence, il convertit de nouvelles personnes et étend sa sphère d’influence. Puissante la Cause fonde des écoles et encadre la vie de ses fidèles. Comme l’Eglise jusqu’au début du 20ème siècle, la Cause s’invite dans l’intimité de ses adeptes. Leur vie entière ne dépend que de celle de la secte.

Comme un goût de scientologie

The Master est largement inspiré de l’histoire de Ron Hubbard, le fondateur de l’Eglise de la Scientologie. A cause  de ses ressemblances troublantes, ce film a failli ne jamais voir le jour. Elle a intenté de nombreux procès à la production et au réalisateur.  Souvent les débuts difficiles présagent un avenir radieux.

Ce film est intéressant. A la fois réaliste et angoissant, il offre une critique acerbe des sectes. Sans abuser des clichés, il dénonce, les abus et les dangers de ces groupes. En apparence inoffensifs, ils s’avèrent destructeurs et déstructurant. Ce film le rappelle avec intelligence.  Il souffre néanmoins de quelques longueurs. Le début semble sans fin. La rencontre de Freddie et de Lancaster Dodd nous sort enfin de notre torpeur et laisse place à un thriller passionnant et haletant.

Jessica Staffe

Publicités