Revolver à l’Olympia: un concert explosif

Revolver à l’Olympia le jeudi 25 octobre 2012

Le 25 Octobre 2012, Revolver a enflammé la scène de L’Olympia. Lieu mythique par excellence, cette salle a accueilli les plus grands. Peut-être n’est-ce pas un hasard, si au même moment les Rolling donnait un concert au Trabendo. Quoiqu’il en soit ils n’ont rien a envié aux papys du rock. Ce concert unique à l’Olympia donne une nouvelle dimension à ce groupe. Prometteur à la sortie de leur premier opus Music for a while en 2009, il prend une réelle envergure et s’impose sur la scène musicale française et internationale.

Trois garçons dans le vent

Influencés par la  British invasion des Années 1960, les Revolvers se placent dans l’héritage des Beatles et de Simon and Gerfunkel.  D’ailleurs leur nom provient d’une affiche des Beatles « Revolver sessions ». Les Revolvers ne sont pas quatre mais trois garçons dans le vent. Christophe Musset (guitare et voix), Ambroise Willaume (chant et guitare) et Jérémie Arcache (violoncelle et voix) nous font pénétrer dans leur monde musical aux milles saveurs.Après une tournée aux Etats-Unis dont ils se sont fortement nourris, ils nous sont revenus avec un second opus intitulé Let go.  Né sur les routes, let go représente un retour aux sources. Des sonorités pop se marient parfaitement aux solos de guitares et de batterie  réalisés avec brio. Leurs influences à la fois classique, rock, folk et pop offrent un résultat électrisant.

L’Olympia enflammé par Revolver

Pendant près de heures de spectacles, les Revolvers ont littéralement allumés le feu. Les paroles reprises par le public prouvent que ce groupe sait mettre l’ambiance. Ils ont repassé la plupart de leurs titres en revue. Ceux du deuxième album, en priorité. Parallel lives, let’s get Togethe, ont résonné comme des morceaux rock and roll. Wind Song a échauffé les cœurs et les voix. Chaque fois les musiciens ont montré qu’ils maîtrisaient leurs instruments.  Sur des chansons comme Still  ou losing you, ils nous ont proposé un moment plus posé et intimiste. Briquets à la main, les fans étaient ravis par ce changement d’atmosphère. A leur demande sur Still, un slow a même été improvisé. L’interaction avec les spectateurs était largement au rendez-vous.  Sur des morceaux comme Let go ou Brother, ils nous ont embarqué dans des ballades à la fois endiablée et romantique. Cette multiplicité de références  participe à la création d’un univers original et musicalement riche. A la fois douces, énergiques, lancinantes et rythmées, leurs mélodies trouvent une réelle dimension rock en live.  Quelques notes de Yukulélé, de piano électrique agrémentent des morceaux plus pêchus. Cette vivacité renforce la portée de chaque chanson. Les harmonies apparaissent beaucoup plus naturellement.Ils n’ont pas oublié les titres comme Leave me Alone, Balulalow et Get around town qui ont fait le succès de leur  premier album.

Nous avons aussi eu le droit à moment de grande émotion. Cette soirée a été l’occasion pour Christophe Musset, Ambroise Willaume et Jérémie Arcache de remercier Maxime Garoute. Ils les avaient accompagnés pendant trois ans à la batterie. Il part vivre de nouvelles expériences musicales.

Ces quatre garçons talentueux font partie désormais de l’histoire de l’Olympia. Vraiment à l’aise sur scène, ils ont assuré pendant toute la durée du concert.  Cette réussite est due également au travail des ingénieurs du son et lumières.Ce concert explosif est un cocktail savant entre spontanéité, maîtrise de la scène et prouesses artistiques. Pour vivre ce feux d’artifice de sensations rien de mieux que d’aller les voir en live.

Jessica Staffe

Publicités