Obama’s America à la Dorothy’s Gallery : L’Amérique d’Obama décryptée

Emmanuelle Fèvre- Change we can believe in

En 2008, Barack Obama a suscité un réel engouement. L’obamania s’est emparée d’une partie  du monde. Qu’en en est-il aujourd’hui ?

Dans le cadre des élections américaines le American center for the arts Dorothy’s Gallery  présente une série d’évènements sur l’Amérique d’Obama.

Obama’s America s’inscrit dans l’engagement de la fondatrice Dorothy Folley. Fervente démocrate, elle  le soutenait déjà lors de la campagne présidentielle de 2008. Elle continue son combat pour imposer les idées  du président américain. Cette élection n’est pas uniquement politique, elle est aussi culturelle.  Cette exposition est divisée en deux parties :Barack Obama portraits et les villes visages de l’Amérique.

A travers des photographies, du photographisme, des collages, des tableaux, des dessins, des installations, des artistes américains et européens partagent leurs visions. Cette pluralité d’œuvres rappelle la multiplicité de visages qui composent l’Amérique. Ce melting pot culturel est représenté  dans ce cycle. Outre des expositions, ce centre d’art organise également des concerts, des projections de films et des débats.  Les passionnés de politique auront leur compte le 6 novembre prochain lors de la soirée électorale.

Barack Obama a eu de nombreux produits dérivés créés à son effigie. Telle une rock stars , son image a été reprise sur  des tee shirt, des mugs, des cartes postales, des posters. Son portrait a fait le tour du monde. Son élection a été suivie comme un concert. Le jour de son investiture, de nombreux curieux  étaientvenus des quatre coins de la planète pour acclamer leur champion. En 2008, il voulait changer l’Amérique avec son slogan «  Yes we can ». Il a fait renaître l’espoir dans un pays en panne économiquement. Le mot hope a été utilisé sur tous les supports. Obama a imposé au monde une image métissée des Etats-Unis. Il est la fois le président de la communauté noire mais surtout celui de tous les citoyens américains quelque soit leurs confessions, leur appartenance ethnique. Dans cette optique tous les artistes lui rendent  hommage et évaluent le pouvoir médiatique de cette icône politique.

Emmanuelle Fèvre Change has come

Emmanuelle Fèvre compose des œuvres uniques. A la frontière entre photographie et graphisme, elle revisite le portrait. Mises en transparence, superposées et retravaillées, ces images nous emmènent dans un monde perdu entre réalité et fiction.  Il nous  apparaît subliminal et sublimé  grâce aux techniques numériques qu’elle exploite. A la fois spectateur et acteur, la personne qui regarde se trouve happée par les photos.  Les portraits qu’elle a créé pour la Dorothy’s appartiennent à l’onirisme.  Ces représentations détiennent une valeur historique et artistique. Un peu floue, elle nous laisse  dans l’expectative. Mais que va-t-il se passer.

Jack Smith Obama

Peintre américain, Jack Smith s’intéresse de très près  à la figure d’Obama. Il maîtrise avec brio les codes de l’histoire de l’art et du portrait. Cette œuvre utilise le visage enjoué d’Obama. Cette illumination subite est renforcée par les couleurs de la bannière étoilée ( le bleu blanc et rouge). Cette chaleur reflète presque une image officielle. En France , ces couleurs nous font penser à notre drapeau pourtant, il n’en est rien. Véritable alchimiste, il s’est fait une place dans le sphère artistique américaine. Il est l’un des artistes les plus emblématiques  de sa génération. Il a été très vite comparé à Lucian Freud.

Alexandra boucherifi 2012 American Family

Par une installation en grandeur nature, Alexandra Boucherifi nous offre sa vision de la famille typique américaine. L’économie est incarnée par l’homme. Il symbolise la force,le travail,la réussite sociale et le pouvoir économique. La femme est associée à la liberté. On peut la rapprocher de la Statue de la Liberté (un des grands symboles américain). L’enfant matérialise l’avenir. Le Chien illustre le côté technologique de l’Amérique. Sur chaque mannequin, des mots sont inscrits. Chacun renvoie à des marques, des sociétés, des idéaux, des combats, des ambitions, des entrepreneurs américains qui ont construit les Etats-Unis d’hier et d’aujourd’hui. Standardisés chacun de ces attributs participent à la création d’un cliché familial.

Eric Turlot- Yellow Cab

Eric Turlot s’est imprégné de New York. Cette ville bouge sans cesse. Elle semble ne jamais dormir. Dans un brouhaha intemporel, elle se meut. Les taxis cabs jaunes sont assimilés à la grosse pomme. On croque New York à pleines dents. Ils peignent l’effervescence, le mouvement. Cette vie nocturne intense se n’arrête jamais. Elle évoque la musique et la fête. Entre halos irisés et lumières filtrées, New York évolue au rythme de la progression des taxis. La pluie illuminerait presque une atmosphère lourde. La peinture d ‘Eric Turlot se regarde autant qu’elle s’écoute. Elle s’apprécie comme un morceau de jazz.

Sophie Franckfurt- chaise Hope

Sophie Frankfurt utilise du carton de récupération pour fabriquer des objets de design. Cette chaise nommé hope était en fait destiné à son intérieur. Chaque face de celle-ci est façonnée par les lettres du mot HOPE. Elle est aussi constituée de feuilles de journaux. Tirées d’éditions françaises et étasuniennes, elles nous référent au jour de l’élection d’Obama. Chacune porte en elle un morceau d’enthousiasme et un élan de ferveur. Plus forte qu’un livre d’archives, cette chaise pourrait être exposée dans un musée.

Maurizio Galimberti- Johnny Depp

Fasciné par les images et les couleurs du Polaroid, Maurizio Galimberti s’imprègne de l’immédiateté de cette technique. Il modèle la réalité à sa façon. Il se la  réapproprie. Instinctif, il cherche avant tout à la sublimer. Original, il construit ses photographies de stars comme une mosaique. Le visage de Johnny Depp est représenté sous toutes les coutures. Ces multiples facettes  font penser à des gravures de modes. Elle nous ramène à nos identités.

A travers ce cycle d’évènements consacrée à l’Amérique contemporaine, la Dorothy’s Gallery partagent des œuvres diverses et originales. La figure d’Obama devient l’emblème d’une Amérique  en mouvement. La marche vers l’avenir ne fait que commencer.

Jessica Staffe

Publicités