Underfire : un documentaire choc sur le photo journalisme

Il existe un mythe autour de la figure du photo journaliste. Robert Capa, Helmut Newton et Albert Londres en sont l’exemple.

Le photo journaliste : une figure mythique ?

Au cœur de l’évènement, il vit l’instant sur des terrains de guerre. Informer correspond à sa mission. Il risque souvent sa vie afin de nous apporter un autre regard sur le monde. Représentant des changements, des guerres et des traumatismes, il se pose comme le garant de la liberté de la presse et d’expression. Trop souvent vus comme des super-héros humanistes, ils sont humains avant tout.  Ces scènes traumatisantes voire traumatiques les marquent à vie. Hantés par des souvenirs violents, ils sombrent parfois dans des déprimes ou des dépressions. Le Posttraumatic Stress disorder (PTSD) touche les militaires. Aujourd’hui, les psychiatres reconnaissent également que ce syndrome atteint les journalismes victimes des conflits. Anthony Feintein précise que 15% des reporters souffriraient de ce stress post traumatique.

Très longtemps ignorés ses risques psychologiques commencent à être pris en compte par une profession en perpétuelle évolution. Rongé par la culpabilité, il se demande pourquoi il fait ce métier et pourquoi il retourne sur le terrain. L’Adrénaline le fait vibrer. Le doute les accable également. Il ne sait plus quel est son rôle et comment il doit agir. La réalité les rattrape. Reporter, il rapporte des témoignages souvent choc.

Underfire : un regard acerbe sur le photo journalisme

Underfire est actuellement projeté au festival Visa pour l’image 2012 à Perpignan.  Ce documentaire rentre le vif du sujet. Il ose traiter des thématiques peu abordées. Il lève les tabous d’un métier idéalisé. Des images violentes côtoient des témoignages poignants empreints d’un réalisme inoui. Le malaise n’est pas ignoré bien au contraire. Il correspond même à la trame de ce film. Blessés ou tués en direct, leur destin se croise aux conditions de violences dans lesquelles se trouvent les pays en guerre. Diffusées à la télévision parfois sans recul (les chaînes en continu), ces images choquent et troublent nos esprits. Pourtant elles demandent une certaines réflexion. Dans les journaux télévisés, elles passent parfois à la trappe sans aucunes explications.  Ce traitement prouve que les clichés de guerre mettent mal à l’aise. Ces professionnels de l’image et de l’information le payent  parfois de leur vie. 900 journalistes ont perdus la vie sur le terrain ces vingt dernières années.

Ce documentaire n’est pas encore sorti en France. Les droits viennent tout juste d’être achetés. En attendant, Le Docteur Feintein sortira un livre War, Journalism and stress. Il paraîtra en France en 2013.

Jessica Staffe

Publicités