Bollywood : un cinéma indien en pleine mutation

Onir nous parle sous film I am sortie il y a peu

Ce pays multi culturaliste et pluriethnique connaît de fortes mutations sociales. Très gros producteur de film, Bollywood aussi commence à proposer des films engagés. Connus pour ses longs-métrages romantiques et mélodramatiques édulcorant une réalité bien plus difficile, Bollywood promeut aujourd’hui des films polémiques où les sujets bousculent les mœurs établies.

 Onir : un réalisateur indien engagé

Onir, cinéaste indien évoque les tabous de la société indienne contemporaine dans son film I am (sorti en France). Ces personnages incarnent la modernité. L’homosexualité, le Sida,  l’inceste, l’exil sont des sujets traités sans détour par Onir. Il cherche à faire réagir la classe moyenne indienne préoccupée par la réussite économique de leur pays.  Ces problèmes demeurent éloignés de leur quotidien. Ils oublient par exemple que le Sida ne touche pas seulement les classes sociales défavorisées bien au contraire. La richesse n’exclut pas de la maladie.  Ces thèmes  s’attachent plus largement à la question de l’identité. Quand un pays se transforme économiquement, il est forcément parcouru par des mutations sociales en profondeur. Si celles-ci traversent toutes la société, elles se mettent plus lentement en place. Megha, Omar et  Abhimanyu représentent ses bouleversements.

L’inceste, l’homosexualité, le Sida : des tabous peu abordés  habituellement

Les valeurs familiales sont fortement défendues en Inde. L’inceste dérange. Il est peu abordé. Pourtant cet abus concernerait plus 53% des enfants indiens selon l’UNICEF. Le silence continue de régner. Dans ce contexte, des films comme « I am » lance un appel et vise à faire progresser les mentalités. Onir personne publique utilise son image médiatique pour combattre les tabous. Il sait ce que c’est d’être jugé, mis au ban de la société. Etant gay, il a souffert d’un manque de considération. Certains l’on vu comme un paria.  Pendant très longtemps, l’homosexualité était punie comme un crime. La cour suprême de New Delhi a dépénalisé ce choix d’orientation sexuelle depuis peu. La justice et les esprits tendent vers plus de tolérance et d’ouverture.  Onir est désormais reconnu en Inde. Son film a d’ailleurs reçu une récompense nationale.Ce prix marque un changement. L’Inde d’aujourd’hui évolue au gré de toutes ses transformations économiques et sociales.

Bollywood s’adapte peu à peu à l’évolution des mentalités et des mœurs indiennes. Les films indiens subissent une censure de l’Office de la Régulation et de la Censure. Cet organisme peut ainsi interdire la sortie d’un film. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour que la société indienne se défasse de ses tabous, culturels, religieux et sociaux. Ce conservatisme prégnant  est un frein au changement.

jessica staffe

Publicités